jeudi 7 septembre 2017

Chronique : L'auberge de la Jamaïque de Daphné du Maurier

Résumé :


Orpheline et pauvre, Mary Yellan n'a pas d'autre ressource que de quitter le pays de son enfance pour aller vivre chez sa tante, mariée à un aubergiste, sur une côte désolée de l'Atlantique. Dès son arrivée à l'Auberge de la Jamaïque, Mary soupçonne de terrifiants mystères. Cette tante qu'elle a connue jeune et gaie n'est plus qu'une malheureuse, terrorisée par Joss, son époux, un ivrogne menaçant, qui enjoint à Mary de ne pas poser de questions sur les visiteurs de l'auberge. Auberge dans laquelle, d'ailleurs, aucun vrai voyageur ne s'est arrêté depuis longtemps... De terribles épreuves attendent la jeune fille avant qu'elle ne trouve le salut en même temps que l'amour.

Mon avis :


Après mon coup de cœur pour Rebecca, il me fallait un autre Daphné du Maurier. J'avais celui-ci sous la main, offert par les Lectures du Chat-Pitre lors d'un swap (merci encore Ludivine).

Oui, merci encore car maintenant c'est sûr, Daphné vient s'installer gentiment à côté de Jane Austen et Tracy Chevalier dans mon cœur.

Entre nous soit dit, c'est pas la couverture qui m'a fait le plus rêver, c'est bien le résumé qui m'a fait choisir ce livre.

Si j'ai aimé ce livre c'est :

Pour l'histoire en elle-même, tout simplement. En très bref, c'est l'histoire d'une orpheline qui doit rejoindre son oncle et sa tante qui vivent dans une auberge délabrée au milieu de landes désolées. Marie Yellan, l'orpheline, va apprendre que personne n'ose s'arrêter dans cette auberge qui fait peur à tout le monde. En résumé, vous allez trouver dans L'Auberge de la Jamaïque : de l'aventure, du frisson, une enquête (pour savoir ce qu'il se passe dans cette fameuse auberge), de l'amour (ce livre n'est pas une romance).

Les personnages aussi m'ont beaucoup plu et à commencer par Marie Yellan que l'on pourrait croire naïve (et qui l'est par certains côtés) mais qui a une force de caractère qui fait plaisir à lire. Au diable les héroïnes nunuches !! La plupart des personnages de L'Auberge de la Jamaïque ont des caractères bien trempés ou des secrets dissimulés qui font se demander au lecteur lequel d'entre eux sortira vainqueur et comment tout ça va se terminer ? Physiquement, ils sont décrits de telle sorte qu'ils sont très facilement visualisables. Beaucoup d'entre eux sont répugnants mais moi, c'est ce que j'aime, les personnages trop lisses sont ennuyant à mes yeux.

Pour le style et l'ambiance qui est sombre, lugubre. En fait, on retrouve un peu la même ambiance que celle dépeinte dans Rebecca sauf que cette fois-ci, nous quittons la classe aristocratique de la société pour suivre la plèbe. Il règne une ambiance mystérieuse qui est finement construite par Du Maurier. Pour rappel, je trouve que Charlotte Brontë ou même Jane Austen dans Northanger Abbey y vont un peu avec leurs gros sabots pour créer une ambiance gothique. A l'inverse, Daphné Du Maurier réussit à merveille grâce à la description des paysages, des marécages, de la brume qui s'abat sur la lande et l'ombre de l'auberge de la Jamaïque, les couleurs et les émotions des personnages. Tout ça pour dire qu'on ressent vraiment en danger.

Je voudrais vous en dire tellement plus mais j'ai peur de trop en dévoiler. Je ne peux que vous inviter à poser ce livre sur votre table de chevet et à découvrir par vous même ce que cache l'Auberge de la Jamaïque.


Ma note :